contes-givre

Les Contes du Givres

Découvert cet été sur Ulule, c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai réalisé ce fanart pour Les Contes du Givre, la nouvelle BD de Josselin Billard chez Komics Initiative.

Parmi les nombreux personnages peuplant son récit, j’ai illustré librement les “Soeurs du Destin” dans une scène calme et conviviale. Comme j’ignore tout de l’histoire dont elles sont issues, ce sera donc la surprise cet hiver, l’ouvrage reçu, si j’ai tout juste ou tout faux (très probablement tout faux).

 

fanart-contes-givre-suria

 

Croquis préliminaires

Le but de cette étape fut de me mettre dans l’ambiance et de saisir au mieux les personnages.

croquis-contes-givre

Base du dessin

J’ai vite eu l’idée d’une “discussion” entre les deux soeurs en plan frontal pour la composition générale. Quant à la teinte de fond, je voulais quelque chose de “terre à terre” évitant ainsi une dimension trop enfantine.

 

“Modelage”

C’est le moment où je corrige le croquis de base. Comme vous pouvez le constater, après avoir zieuté quelques photos de référence, je suis passée d’une souris bizarre à une hermine ! C’est aussi le moment où j’ajoute des éléments pour enrichir l’ensemble (fioriture, feuillage, flaque).

souris-hermine

 

Texture

Concrètement je travaille les textures dès le début et elles s’affinent progressivement tout du long. Elles me permettent de donner de la plasticité et de la profondeur au dessin. Voici quelques détails que je trouve pertinents.

Les difficultés

Les bras croisés de la tatou joliment massifs et enveloppés d’une armure épaisse : J’admets que tout cela était coriace à rendre volumineux et naturel, mais comme j’aime les armures… c’était fun.

La teinte blanche de l’hermine : Elle m’aura fait tourner en rond un moment car je voulais donné une sentiment d’ombre bleutée toute douce sans être en désaccord avec la teinte globale brun-orange-violet. Finalement l’astuce fut de mélanger subtilement des tâches bleues et oranges, ce qui donne l’illusion d’un violet sans en être. Comme c’est très léger je vous ai ajouté un filtre pour accentuer tout ceci.

texture-filtre

Et pour finir, voici un gif animé résumant les différentes étapes.

steps

ban-stigma-tome-1-page002

STIGMA la deuxième page

Voici la page 2 avec ma belle Aydan ^w^
J’aurai quelque peu galéré sur sa silhouette dans la deuxième case, car elle devait être visible et reconnaissable malgré sa petite taille.

Concernant la page en elle-même, je l’avais déclarée en 2015 comme finie et je-n’y-touche-plus. Sauf qu’entre-temps Aydan a changé, le découpage a changé, tout a changé et je me suis bêtement améliorée. Donc voilà, ça semble mieux parti à présent.

stigma-couverture-bd-webcomic-by-suria

Bilan 2018 | Retour d’Angoulême

L’année 2018, loin de tout, je me suis que consacrée à STIGMA avec au programme réécriture complète du scripte, une refonte du monde, des personnages, ainsi que des croquis, des croquis et encore des croquis ! Bref, je n’ai pas chômé comme l’indique le tas de feuilles ci-dessous.

 

suria-photo-croquis-stigma-2018

 

Au bilan, j’ai une histoire construite dorénavant en quatre albums, cumulé plus de 300 croquis, rédigé 138 pages du scénario, découpé 30 planches et achevé trois d’entre elle ainsi qu’une couverture. Inutile de vous détailler qu’il n’y avait plus rien à sauver du storyboard de 2013 et qu’il a bien rejoint les autres horreurs versions de Mathusalem.

Toutefois, sachant qu’un jour ou l’autre, il fallait bien que je sorte de ma caverne pour présenter mon travail, un de mes objectifs de 2018 fut de monter un VRAI dossier éditorial. Après un premier jet pour le Prix Raymond Leblanc, je l’ai ensuite perfectionné pour Angoulême avec les précieux conseils de Margaux.

 

ANGOULÊME

De mon bilan d’Angoulême, je n’en suis pas mécontente. Bien que j’y sois allée avec beaucoup d’appréhension, je fus la première surprise. STIGMA intriguait, la couverture a beaucoup plu et Renard-Bleu a eu du succès. Quand les gens avaient un peu de temps, ils lisaient automatiquement le pitch, la note d’intention et même le synopsis sans que je n’ai eu besoin de l’annoncer. Outre ma folie du nombre de pages, je n’ai pas eu de retour négatif sur l’histoire, aucune remarque sur le genre employé et rien de grave pour les dessins. Plus fort encore, lors d’une présentation de book aux éditions Casterman, Vincent Petit m’a signifié que le projet était personnel et original.

 

J’ignore au final si un éditeur validera STIGMA, mais de ce long week-end j’en suis revenue avec la satisfaction que mon dossier a suscité de la curiosité et de l’émerveillement.

Quoi qu’il en soit, je ne lâche pas l’affaire et je compte toujours en faire un webcomic gratuit.
A commencer par la couverture !

 

stigma-BD-couverture-01-aydan-suria