spirite

SPIRITE – tome 1 – Tunguska

Parmi les différentes facettes de mon travail, j’ai eu l’immense honneur de participer à la nouvelle série de Margaux en tant qu’aide-coloriste. Et comme le démontre ces photos, j’ai bien reçu mon exemplaire en avant-première !

 

Gros soulagement, les couleurs sont identiques à celles affichées par mon écran. L’album est top, un bel objet à tenir en main, vraiment, bravo aux graphistes.

Ci-dessous, un tout petit extrait qui ne spoile rien et qui a sa toute petite importance à mes yeux car il s’agit de la toute première case où j’ai posé les couleurs. Accessoirement ça m’aura rappelé qu’il existe une teinte dont j’ai tendance à oublier l’existence…

« Le tur-quoi ? »

spirite page bd

 

SPIRITE c’est quoi ?

C’est une histoire de fantômes, dans les années 30, à New York, mais sous l’angle d’un spriritologue dénommé Ian Davenport et qui tente au mieux de les étudier malgré la mauvaise réputation que sollicite sa profession. Jugé d’office comme un escroc, il lui est donc difficile de se faire entendre, même pour dénoncer un meurtre dont il a été témoin…
Les personnages sont attachants, ça ne manque pas d’action, le carnet graphique en fin d’album est sublime et — le plus important — j’ai un faible pour les sbires dont j’ai fait patiemment la connaissance au gré des cases et toujours en les coloriant un à un.

Pour en savoir encore un peu plus sur SPIRITE, une preview et une bande annonce sont disponibles ici, sur le site de la collection Drakoo.

Si vous êtes sur Lausanne, une dédicace de Margaux est prévue en octobre à la librairie Payot. Dans le cas contraire, rendez-vous le 30 septembre pour la sortie de l’album.

Et pour finir, un GRAND merci à Margaux pour sa confiance et m’avoir ainsi permis à retrouver de l’estime dans mon travail.

stigma-couverture-bd-webcomic-by-suria

Bilan 2018 | Retour d’Angoulême

L’année 2018, loin de tout, je me suis que consacrée à STIGMA avec au programme réécriture complète du scripte, une refonte du monde, des personnages, ainsi que des croquis, des croquis et encore des croquis ! Bref, je n’ai pas chômé comme l’indique le tas de feuilles ci-dessous.

 

suria-photo-croquis-stigma-2018

 

Au bilan, j’ai une histoire construite dorénavant en quatre albums, cumulé plus de 300 croquis, rédigé 138 pages du scénario, découpé 30 planches et achevé trois d’entre elle ainsi qu’une couverture. Inutile de vous détailler qu’il n’y avait plus rien à sauver du storyboard de 2013 et qu’il a bien rejoint les autres horreurs versions de Mathusalem.

Toutefois, sachant qu’un jour ou l’autre, il fallait bien que je sorte de ma caverne pour présenter mon travail, un de mes objectifs de 2018 fut de monter un VRAI dossier éditorial. Après un premier jet pour le Prix Raymond Leblanc, je l’ai ensuite perfectionné pour Angoulême grâce aux précieux conseils de Margaux.

 

ANGOULÊME

De mon bilan d’Angoulême, je n’en suis pas mécontente. Bien que j’y sois allée avec beaucoup d’appréhension, je fus la première surprise. STIGMA intriguait, la couverture a beaucoup plu et Renard-Bleu a eu du succès. Quand les gens avaient un peu de temps, ils lisaient automatiquement le pitch, la note d’intention et même le synopsis sans que je n’ai eu besoin de l’annoncer. Outre ma folie du nombre de pages, je n’ai pas eu de retour négatif sur l’histoire, aucune remarque sur le genre employé et rien de grave pour les dessins. Plus fort encore, lors d’une présentation de book aux éditions Casterman, Vincent Petit m’a signifié que le projet était personnel et original.

 

J’ignore au final si un éditeur validera STIGMA, mais de ce long week-end j’en suis revenue avec la satisfaction que mon dossier a suscité de la curiosité et de l’émerveillement.

Quoi qu’il en soit, je ne lâche pas l’affaire et je compte toujours en faire un webcomic gratuit.
A commencer par la couverture !

 

stigma-BD-couverture-01-aydan-suria

webcomic-strip-bilan-2017-suria

Bilan 2017, objectifs 2018

2016 et 2017 furent des années terribles avec quelques soubresauts d’énergie. Très loin des objectifs fixés, ma production 2017 peut compter de nouvelles illustrations pour la Loterie Romande, l’ouverture d’une boutique en ligne, des participations à Inktober et au Trinquétte Challenge, des gribouillis ici et là et divers dessins qui s’affinent. Dans les grands changements, j’ai quitté il n’y a pas si longtemps bon nombre de réseaux sociaux dont facebook.

En ce début d’année 2018, je vais beaucoup mieux. J’éprouve à nouveau le plaisir de tracer compulsivement des lignes sans m’écrouler de fatigue les heures suivantes.

Cette année, j’ai envie d’évaluer mes compétences. Je prévoie de concourir à l’appel à projets de la Fondation Raymond Leblanc, au ‘Jeunes Talents’ d’Angoulême, au ‘Nouveau Talent’ de BD-fil et au Tremplin manga Ki-oon (si annoncé cette année). Côté illustration, je souhaite contribuer davantage au Trinquétte Challenge et ranimer de poussiéreux dessins.

Comme je reviens d’une longue convalescence, évaluer le temps de production d’un dessin s’avère hasardeux. Tout l’intérêt de ces défis sera de remettre les pendules à l’heure. Toutefois, le plus important à mes yeux restera mon projet STIGMA qui bénéficie d’un bon démarrage depuis janvier. L’idée est toujours d’en faire un webcomic gratuit. Une fois que suffisamment de planches seront bouclées, le date de lancement sera annoncée.

Rien de prévu pour la petite chapardeuse, je constate que l’encrage numérique devient de plus en plus une source de blocage. Je vais essayer d’autres techniques, peut-être du traditionnel, je ne sais pas trop encore.

Mon but cette année sera également de montrer moins de WIP et plus de dessins finis. Je souhaite recentrer le plus possible sur mon blog et rédiger sa version anglaise sur Patreon pour les articles à venir.

Sur ce, chers lecteurs, je vous souhaite une très belle année !

webcomic-strip-bilan-2017-suria

Bilan Chocolat Halloween et Inktober

Octobre fut un mois bien rempli avec les chocolats spécial Halloween et le challenge de dessin Inktober.

Si mon planning me le permet, je pense remettre cela l’année prochaine, mais avec des améliorations. Pour les chocolats par exemple, je songe à un système de précommande. Si vous avez d’ailleurs des remarques sur ce qui vous a plus ou déplu, n’hésitez vraiment pas à laisser un commentaire.

Concernant mon expérience Inktober, trouver les outils d’encrage et le bon papier aura été prise de tête. Au final, je pense être tombée amoureuse du combo Stylo Caran d’AcheColor Brush PentelPigma Micronpapier aquarelle 300g. En revanche, je n’ai pas réussi à tenir le rythme d’un dessin pour chaque jour du mois d’octobre. Toutefois, je compte achever les 15 restants avec toujours l’intention d’expérimenter des nouveaux personnages. Par contre, cela risque de s’étaler sur les deux, trois mois à venir. Tous les nouveaux dessins seront aussi à vendre dans ma boutique.

Ci-dessous un timelapse de mon dessin préféré.

En parallèle, lors d’un passage chez l’opticien pour des nouvelles lunettes de vue, on m’a expliqué que les anciennes surcorrigeaient ma myopie. Cela veut donc dire que ma vision s’est améliorée, une très bonne surprise, mais aussi que mes yeux s’efforçaient à compenser. Sachant cela, je compris mieux pourquoi des pauses toutes les deux heures m’étaient nécessaires quand je travaillais. Depuis, je me sens effectivement beaucoup plus légère et de bonne humeur. Je n’aurais jamais pensé que ma fatigue pouvait provenir en partie de verres mal adaptés.

 

Patreon

/!/ Edit 14.09.2020 : ma page Patreon n’existe plus depuis octobre 2018 /!/

Nous sommes en novembre ! Ce qui veut dire que c’est la période pour définir prochainement les nouveaux Ex-Libris !

Comment cela se déroule-t-il ? Vers chaque fin d’année, mes patrons avec les paliers à 3$ et 5$ reçoivent un Ex-Libris et mes patrons avec le palier à 5$ reçoivent un deuxième Ex-Libris avec un visuel différent. Les patrons peuvent voter pour les visuels qu’ils préfèrent, le sondage a lieu jusqu’à fin novembre. Pour les recevoir, il faut choisir le palier approprié au plus tard le 5 décembre avant 23h (UTC+1). Chaque Ex-libris est un tirage numérique sur papier mat épais, signé et numéroté au crayon.

Je prépare ma sélection de dessins qui sera dévoilée lundi. Si vous en avez vu un en particulier dans ma production que vous aimeriez voir en Ex-Libris, n’hésitez pas à le signaler.

Ci-dessous une vidéo d’à quoi ressemblaient les Ex-Libris de l’année dernière.

Chocolat Halloween et Inktober

Depuis quelques temps, j’ai pu enfin monter ma propre boutique en ligne. Et qui dit boutique en ligne, dit produits à vendre et plus précisément réfléchir à de nouveaux produits à vendre.

Suite à ma longue période d’absence sur le web en raison de mes soucis de santé (note de blog explicative ici), ce n’est pas sans risque que je me lance dans l’aventure de la vente par correspondance. Mais j’aime les défis et j’ai cogité tout le mois d’août et septembre, calculatrice en main, pour vous proposer aujourd’hui les produits suivants.

 

Chocolat Halloween

Dans cette édition limitée 2017 jusqu’au 31 octobre seulement, je vous propose de délicieux napolitains de 14g avec mon propre emballage personnalisé, tout droit sortis de la chocolaterie Frey. Vous pouvez commander sur cette page à la pièce ou directement un carton de 60 pièces avec un prix plus avantageux.

 

Inktober 2017

Dans l’idée de mieux me reprendre en main avec le dessin, je me suis lancée cette année dans le challenge Inktober. Le concept lancé par Jake Parker est donc de concevoir chaque jour du mois d’octobre un dessin à l’encre. Comme je suis plutôt spécialisée au numérique, graphite et crayons de couleur, j’ai bien désespéré sur mes premières tentatives. Heureusement, ma belle-soeur m’a offert toute une gamme de feutres de remplissage, j’ai pu donc réaliser d’autres tests bien plus concluants.

Autre défi ajouté, je me suis mise en tête de filmer en timelapse chacune de mes réalisations. Au même titre qu’une petite exposition, vous êtes cordialement invité sur cette page à admirer mon travail, voire vous offrir un original accompagné de 12 pièces de chocolat Halloween (offre valable jusqu’au 31 octobre également).

Un peu plus de détails…

J’avais évoqué dans ma note précédente que j’avais rencontré des soucis de santé en 2016, ce qui a eu un impact sur mon travail et mon moral. Je me sens aujourd’hui capable d’en parler un peu plus en détail et révéler que ma fatigue n’était autre qu’un burn out.

 

Pour faire simple, j’étais sous un stresse constant lié à mon travail, ce qui ralentissait progressivement ma productivité. Pour rattraper les retards occasionnés, je m’accordais de moins en moins de pauses, et sans m’en rendre compte, j’aggravais mon état de santé car je ne me reposais pas assez, voire pas du tout. Je devenais donc de plus en plus lente avec des délais qui me paraissaient de plus en plus impossibles à tenir.

Dessiner énergiquement pendant 5 minutes signifiait m’écrouler de fatigue les quatre heures suivantes. Les jours où je me pensais rétablie je m’acharnais à dessiner avec la mauvaise surprise des quatre jours suivants affalée dans le lit, incapable de faire quoi que ce soit de constructif. Réaliser un dessin, même très simpliste, en une journée, c’était devenu me demander de rester en apnée pendant une heure. Le moindre petit truc à la con me demandait une énergie énorme et me rendait inactive les heures suivantes. Pire encore, je m’accusais, avec la peur au ventre, de devenir fainéante. Et ce même après des tests sanguins qui ne révélèrent aucune carence, je me suis auto-convaincue que c’était moi qui exagérais et n’ai fait qu’empirer encore mon état.

Quand le diagnostic chez un psychologue tomba, le nécessaire fut pris pour que je puisse me rétablir. En l’occurence cesser de travailler et sortir du contrat d’édition signé chez Dargaud.

 

Toutefois, un burn out, ça se guérit avec du temps, BEAUCOUP de temps. Je pense que dans mon cas, il m’aura fallu un peu moins d’une année pour m’en remettre. Depuis début mai, suite à une rencontre avec Cosey qui m’a beaucoup remotivée, je constate que j’arrive à nouveau dessiner de manière efficace sans que ça ne traîne pendant des mois et des mois. Mon optimisme veut me faire croire que je suis à nouveau opérationnelle, mais j’avoue que par prudence, je reste un peu sceptique. Je vais certes beaucoup mieux, mais je garde en tête que mon énergie est précieuse et que je ne peux la gaspiller à tout va pour n’importe quoi ou n’importe qui.

Pendant cette longue période de rétablissement, il y a eu des moments de crise où je voulais simplement bazarder tous mes comptes sur les réseaux sociaux ou plus concrètement, il m’est arrivé d’hacher dans mes contacts facebook. Une longue période qui m’aura aussi fait réfléchir et conclure que je n’avais plus envie de travailler pour les autres. Constater que mes projets traînaient encore et toujours derrière moi me frustrait et n’avoir jamais une seule page BD finie, la dèche absolue. Pour cause, je visualise avec plaisir le potentiel d’un projet, comment le concrétiser et aider son propriétaire à atteindre ses objectifs. Bien que j’ai acquis de l’expérience à travers mes différents mandats ainsi que des bons contacts, je dois me rappeler que si j’ai appris à dessiner et à écrire, c’est avant tout pour mettre en image mes propres projets. Cependant, envers moi-même, je ne suis gère douée. Par exemple, j’avais annoncé sur facebook ma volonté de monter un recueil de dessins dans l’idée que ça m’aidera à aller de l’avant. Cependant, si je veux vraiment réaliser mes bandes dessinées, je ne dois pas me perdre avec des projets annexes, même si ce sont les miens. Du coup, je ne sais pas si je vais poursuivre cette idée même si je l’aime bien et que j’ai commencé sa maquette.

 

Donc voilà, il est temps que je me dise que j’ai tous les outils en main MAINTENANT pour concrétiser ce qui me tient vraiment à coeur.

Donc voilà, depuis peu, j’ai l’impression que les choses avancent. Oser finaliser les premières pages de STIGMA sera un cap très important pour moi. J’ai repris son dossier éditorial très récemment et si tout se passe bien, non seulement je vais l’envoyer à des éditeurs potentiels, mais aussi je vais pouvoir vous montrer ENFIN ses trois premières planches FINIES.

Donc voilà, tous ces derniers mois depuis 2016, ce n’est pas une période dont je suis fière et il ne tient qu’à moi de ne pas répéter les mêmes erreurs. J’espère vraiment à personne de passer par un burn out et j’encourage à chacun d’oser prendre le temps de se consacrer à ses propres projets.

burn out